scalaire

Tout savoir sur les poissons scalaires en 5 minutes

Les discus et les scalaires sont des poissons cichlidés et grégaires

 

Les scalaires sont des poissons d’eau douce de la famille des cichlidés (cichlidae) aux nageoires atypiques, en forme de flèche. Ce poisson d’eau douce est surtout apprécié pour sa forme majestueuse et la diversité des coloris disponibles en magasin aquariophile.

Les différentes variétés au niveau des élevages des scalaires sont : voiles, noirs, les scalaires zébrés, fumés, tricolores, léopards, marbrés, bicolores, fantômes, diaphanes, les scalaires demi-lune, alibinos, rouges, diamants, bleus etc…      

Le but recherché en aquariophilie est de proposer une grande variété de colorations et de formes. Il existe ainsi de nombreuses formes d’élevage et de variétés sauvages.

les scalaires

 

Le scalaire a une bonne capacité d’adaptation et de longévité (une dizaine d’années). Les scalaires possèdent de hautes nageoires et un corps en forme de disque.

Ce sont des poissons pacifiques, mais vifs et habiles pour capturer les petites proies ou pour défendre leur territoire. Il est carnivore et omnivore. Il lui faut une alimentation variée (nourriture vivante, congelée et sèche/lyophilisée).

Leur particularité anatomique, la structure de leur bouche et leur comportement, indiquent que selon toute vraisemblance les plus proches parents des scalaires sont les symphysodons (cichlidés) appelés plus communément les poissons Discus.

Le terme symphysodon vient du Grec et c’est la contraction de deux mots: odon (présence de dents) sur les symphyses mandibulaires des symphysis ( le discus ).

Comme pour tous les poissons cichlidés, les scalaires ont d’autres points communs avec les Discus (même durée d’espérance de vie) : ils défendent en permanence leur territoire, leur espace, leur nourriture et leur partenaire (couples).

Les poissons s’occupent de leur progéniture (garde des œufs sur substrat à découvert, surveillance des alevins).

Ils forment aussi des couples mais cela demande du temps avant de concrétiser l’union. Le mâle est généralement de taille plus grande que la femelle du même âge.

Les scalaires vivent en groupe, en mi-hauteur dans le bac. Ce n’est ni un poisson de fond (corydoras, ancistrus, ramirezi..)  ou de surface (poisson hachette, combattant..).

Une hiérarchie régie toujours l’organisation d’un groupe d’individus, avec quelques sujets dominants les autres. Les poissons scalaires doivent vivre par groupe de 6 individus minimum pour assurer une bonne entente du groupe.

Cela permet de mieux répartir l’agressivité des plus dominants.

 

scalaires

 

L’aquarium du scalaire :

 

Les scalaires sont des poissons de grandes tailles (adultes) et lorsqu’ils sont élevés dans de bonnes conditions aquariophiles, leurs nageoires s’étendent majestueusement tout le long de leur corps. Il n’est pas rare d’atteindre 15-20cm aussi bien en longueur et en largeur.

Comme les Discus, les scalaires ne sont pas des nageurs très actifs et ils sont grégaires. Ce sont des prédateurs vis-à-vis des petits crustacés (crevettes) ou des larves (bébés), des poissons de petites tailles.

Ils sont nerveux et aiment fouiller le substrat à la recherche de nourriture. Ils soufflent sur le fond du bac, le sable ou le fin gravier pour découvrir les éventuels vers de vase ou autres invertébrés qui se cachent.

Ce sont d’excellents chasseurs et prédateurs au niveau des proies vivantes.

Tous ces poissons grégaires défendent par définition leur espace de vie. Il faut donc prévoir des zones de fuites et des limites de territoires dans l’aquarium, via les éléments du décor et les plantes aquatiques (grandes, petites, de fond ou flottantes..), des racines.

Avec les cichlidés, c’est à la maturité sexuelle (surtout des mâles), que la situation devient très tendue entre les sujets dominants qui éliminent les adversaires d’une manière ou d’une autre. Les dominés cessent de développer leur croissance, sont mis à l’écart, et meurent soit de maladies, soit de stress.

 

scalaires et autres poissons

 

La cohabitation entre les espèces : Discus et Scalaires

 

Un aquarium qui mélange plusieurs espèces de poissons est qualifié d’aquarium communautaire.

Pour une bonne cohabitation des organismes aquatiques vivants dans un aquarium, plusieurs facteurs doivent leur être communs (paramètres de l’eau, biotope, température de l’eau, alimentation, modes de vie…).

La cohabitation avec les autres espèces est délicate du fait que les scalaires sont des poissons territoriaux, agressifs, et de grande taille. La cohabitation entre des Discus et des poissons trop gros est aussi à éviter.

Les discus peuvent côtoyer des scalaires mais uniquement dans un aquarium de plus de 600 litres. Cela n’est donc pas souhaitable si le bac est plus petit.

Les poissons de petites tailles ou les invertébrés (crevettes d’eau douce, néons, guppy etc..) finiront au mieux sérieusement blessés au niveau des nageoires (certains poissons stressés deviennent très craintifs et ne s’alimentent plus correctement ), et au pire tués à la suite de violentes attaques toujours fulgurantes et répétées.

 

scalaire

 

La stratégie est toujours identique. Les scalaires se penchent légèrement sur le coté puis se lance sur leur ennemi réel ou supposé, avec une vitesse et une force impressionnante.

D’une manière générale, plus le volume de l’aquarium est petit et plus la cohabitation entre les espèces est déconseillé.

Les avis sont partagés quand à l’association discus et scalairtes, certaines personnes réussissent à faire néanmoins cohabiter discus et scalaires dans un même aquarium.

Certes on peut s’interroger sur la viabilité de cette cohabitation sur le long terme, mais cela démontre que tout est faisable à condition de savoir ce que l’on fait.

Certains y sont parvenus notamment en prévoyant un aquarium d’un volume important et en introduisant les discus au stade adulte (14-17cm) bien avant d’introduire des scalaires.

 

le scalaire

 

Les discus sont ainsi acclimatés et défendent plus facilement leurs leur espaces de vie, ils peuvent s’imposer plus facilement du fait de leur ancienneté face à des nouveaux venus. Ils défendront mieux leurs repères et leurs zones de vie.

Il faut procéder à une quarantaine (bac spécifique) afin d’éliminer tout poisson malade ou suspicieux (asymptomatique). Un traitement médical préventif avec un produit général de traitement à large spectre est une garantie supplémentaire.

Il existe de nombreux types de traitements à administrer aux poissons sous forme de concentré liquide à ajouter directement à l’eau de l’aquarium. Un bon nombre de micro-organismes pathogènes peuvent être neutralisés à l’aide de désinfectants antibactériens.

Néanmoins, il n’est pas vraiment souhaitable de faire cohabiter des discus avec des scalaires. D’une part, les discus sont plus paisibles et craintifs au niveau du comportement (risques de stress et de blessures).

D’autres part, les discus ont des exigences particulières au niveau des paramètres de l’eau de la nourriture, des soins préventifs à prodiguer (vermifuge)…

Enfin, les discus sont assez sensibles aux maladies et à l’entretien de l’aquarium. Certains poissons sont porteurs asymptomatiques de maladies et/ou virus et peuvent contaminer facilement les discus.

Sans parler ici des risques de mycoses, germes pathogènes ou champignons qui prolifèrent, ou des maladies qui se développent très rapidement dans une eau proche de 30°C (température recommandée pour les discus).

discus et scalaires

 

Les paramètres physiologiques pour la maintenance des scalaires

 

  • Origine : région amazonienne du Pérou aux Guyanes.
  • Longueur : jusqu’à 20 cm.
  • Mode de vie : en banc.
  • Zone de baignade : à mi-hauteur de l’aquarium.
  • Aquarium : aquarium d’eau douce de 250 litres mini pour un couple, hauteur de l’aquarium d’au moins 50 cm.
  • Paramètres de l’eau : 26°C à 30°C, pH 6 à 7, Dureté 5 à 12° GH.
  • Socialisation : de préférence des silures et des gros characidés. Les très petits poissons risquent d’être dévorés par les scalaires.
  • Alimentation : nourriture sèche de haute qualité, et 1-3 fois par semaine de la nourriture vivante ou congelée (nauplies, larves de moustiques…) et des suppléments à base de plantes car il faut varier la nourriture.

 

scalaire

 

La cohabitation, les incompatibiltés, la gestion de l’agressivité, et l’aspect sanitaire

 

En conclusion, la cohabitation est possible entre les scalaires et les Discus, mais uniquement dans de grands aquariums (il faut un volume disponible important).

La notion de “possibilité” est relative car cela n’est pas souhaitable lorsqu’on a le choix. Lorsqu’on associe plusieurs variétés de poissons, les paramètres à prendre en compte sont la comptabilité des paramètres de l’eau entre les différentes espèces.

Un autre paramètre primordial à prendre en compte c’est le comportement social des poissons lorsqu’ils vivent en banc ou en groupe. Les Discus sont généralement zen, calmes et non agressifs ce qui n’est pas le cas pour de nombreuses espèces de poissons, même de plus petites tailles.

 

bac de scalaires

 

On peut citer les botias Macracanthus qui sont incompatibles avec les Discus ou des scalaires. Ces poissons de fonds sont vendus lorsqu’ils sont de petite taille (1cm) en animalerie.

Ils grandissent rapidement pour atteindre 20-30cm. Cette espèce est souvent agressive et turbulente, les botias ont une activité intense et dérangent tout sur leur passage.

A titre d’exemple, on peut citer des poissons plus calmes du genre Hyphessobrycon Cardinalis (Cheirodon Axelrodi), les Corydoras, Otocinclus et Ancistrus (poissons de fond).

Néanmoins, il faut avoir conscience que l’on augmente également les risques au niveau de la maintenance globale et de la propagation des maladies. Certaines espèces (surtout le spoissons sauvages) sont porteurs sains de maladies et virus. Il y a des risques de contaminations non négligeables.

S’abonner
Notification
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires