eau des aquariums à discus

Qualité de l’eau des aquariums à Discus

Les bébés Discus

Connaître les paramètres de l’eau est primordial pour le bien être de nos discus !

Avant de placer des poissons dans un aquarium, il est indispensable de connaître les propriétés chimiques de cette eau. Il existe différents type d’eau qui sont plus ou moins calcaires, acides, chargées en sels minéraux, potable ou non.

Pour information, une eau potable doit être à la fois: oxygénée, limpide, inodore, incolore, sans saveur, dépourvue de microbes pathogènes, exempte de toutes matières organiques, dépourvue de matières toxiques. Elle pourra cependant contenir une faible proportion de sels minéraux.

La qualité d’une eau étant très variable il est primordial de connaitre sa nature, de contrôler régulièrement les paramètres, et de mesurer les paramètres de l’eau que l’on prépare à l’avance (changements d’eau réguliers avec eau osmosée, sels minéraux..).

Pour une mesure sûre et précise des paramètres de l’eau on utilise différents tests. De nombreuses marques commercialisent ces tests plus ou moins précis.

élever des discus

Pour les discus, il y a sept principaux paramètres de l’eau à contrôler régulièrement (température, PH, GH, KH, conductivité, nitrites et nitrates); les autres paramètres doivent être mesurés moins fréquemment (une fois par mois). Lorsqu’un aquarium “tourne” correctement depuis un moment et que les poissons ne montrent aucun signe anormal, on peut se contenter de quelques mesures seulement. Certains aquariophiles ne mesurent pas grand chose, mais à moins d’être un spécialiste, cette méthode est déconseillée car risquée.

Bases utiles et matériel nécessaire:

-Il existe plusieurs types de tests:

1) tests à bandelettes: ils se présentent sous la forme de petites bandelettes recouvertes de réactifs qui prennent différentes couleurs en fonction des paramètres de l’eau mesurés. Ce système est peu précis et ne donne qu’une indication et une valeur approximative. Il permet de savoir rapidement mais de façon approximative si une eau est “correcte” ou pas.

2) les tests en gouttes: ils se présentent sous la forme d’une éprouvette et de réactifs chimiques liquides que l’on ajoute à l’eau pour tester les différents paramètres. L’eau prendra alors une couleur qu’il faudra comparer à un nuancier. Dans certains cas, il faudra compter le nombre de gouttes ajoutées pour connaitre le résultat de la mesure. Ces tests sont assez fiables et précis.

3) les tests électroniques: utilisation d’appareils de mesure qu’il faudra régulièrement étalonner. Leur coût d’achat est plus élevé mais ils sont très fiables et très précis. Dans certains cas, ils sont indispensables par exemple pour la mesure de la conductivité d’une eau (notion très importante pour l’élevage des discus).

eau des aquariums à discus

– Savoir maîtriser le cycle de l’azote:

Dans un aquarium, les composés azotés (azote:N) sont présents du fait des excréments de poissons, des excès de nourriture, des résidus végétaux.. (déchets organiques).

Ces déchets organiques se transforment en composés ammoniacaux (NH) qui sont très toxiques, puis ensuite en nitrites (NO2) et en nitrates (NO3) qui sont également toxiques pour les poissons.

Ce sont les bactéries épuratrices ou bactéries vivantes, appelées également bactéries de nitrification et de filtration (notrosomonas, nitrobacter), qui détoxifient les déchets azotés en nitrites, puis en nitrates, et perpétuent ainsi le cycle de l’azote.

Une partie des plantes aquatiques absorbent les nitrates. Les changements d’eau réguliers permettent aussi d’éliminer une grande partie de ces toxiques.

Le cycle de l’azote est un cycle continuel et il suffit de peu de chose (utilisation de produits, surdosages, mauvais entretien..) pour perturber le cycle et provoquer une “déséquilibre” de l’aquarium.

Les paramètres de l'eau à tester régulièrement:

Les discus d’élevage sont acclimatés et donc habitués à une maintenance dans une eau aux caractéristiques assez différentes de leur milieu d’origine. Pour les discus sauvages, il faudra se rapprocher le plus possible des valeurs constatées sur les lieux de pèche ou d’origine.

On contrôlera température (t) tous les jours. Pour les discus, la température de l’eau est optimum entre : 28°-30°C. On pourra être amené ponctuellement à augmenter la température dans des cas très précis (voir dossier sur le traitement thermique des discus). La température est un paramètre important pour la santé de nos poissons car ceux ci ont une température interne qui n’est pas stable et qui varie en fonction de l’eau. La température de l’eau influe sur la longévité des poissons, la concentration en oxygène dans l’eau et donc sur écosystème de l’aquarium.

Un poissons ne peut subir qu’un écart de température de 1-2 degrés maximum, sur une période de 24 heures (attention au chauffe-eau défectueux, au cours du transport après un achat, ou en cas de traitement thermique d’un discus).

1 – PH: il correspond au degré d’acidité de l’eau. La valeur idéale pour la maintenance des discus issus d’élevages sera comprise entre {{6,2 et 6,9}}. Pour les discus sauvages, ils peuvent supporter des PH plus bas, mais il ne faudra pas descendre en dessous de 5,5.

Cette acidité ou alcalinité se détermine grâce a une échelle universelle graduée de 0 à 14.
En dessous de 7 le PH est acide, au dessus de 7 il est basique ou alcalin, égal à 7 le PH est neutre. C’est à dire qu’avec un PH de 7 les acides et alcalins sont en équilibre (neutre).

En théorie, la vie aquatique est possible entre une acidité de 3 et une alcalinité de 9 selon les espèces. Dans la pratique, les {valeurs limites} sont plutôt situées entre 6 et 9.

Le PH varie en fonction de nombreux paramètres dont par exemple le gaz carbonique (co2) produit par les poissons et les plantes et qui ont tendance a le faire baisser.

2 – GH: ou TH (titre hydrométrique)
Le GH est le degrés allemand, il faut faire une conversion entre les deux mesures (voir notices des fabricants de test), 1 degrés français (TH) correspond à 0,56 degrés allemand (GH).

Il mesure la dureté totale de l’eau douce (appelé aussi TH: titre hydrotimétrique). Valeur comprise entre 5 et 10 pour les discus.
L’eau peut contenir des quantités différentes de sels alcalino-terreux (sels de calcium et de magnésium). {{La plupart des poissons et des plantes acceptent une dureté totale comprise entre 5 et 20}}. Cependant, on recherchera à diminuer les valeurs trop élevées.

Entre 0 et 5 , une eau est très douce. De 6 à 10, elle est douce. De 11 à 15, elle est moyennement dure. De 16 à 30 elle est qualifiée de dure, supérieure à 30 elle est très dure.

3 – KH: ou TAC (titre alcali-métrique complet voir notices des fabricants de test).

Il mesure la dureté carbonatée de l’eau ou le taux d’alcalinité (appelé aussi TAC: titre alcali métrique). On définit la teneur en sels de calcium et de magnésium, présents sous forme de carbonates, comme étant la dureté de l’eau au carbonate. La plupart des poissons et des plantes acceptent des valeurs comprises entre 3 et 15. Pour garantir un apport optimal en CO2, la dureté de l’eau ne doit pas être inférieure à 5. Avec l’utilisation d’eau osmosée et de sels minéraux pour les discus, on obtient bien souvent des valeurs proches de 3 voire moins.

4 – La conductivité: la conductivité mesure le taux de sel minéraux dissout dans l’eau et elle varie en fonction de la température.
La conductivité d’une eau correspond à la conductance d’une colonne d’eau comprise entre deux électrodes métalliques de 1 cm² de surface, séparées l’une de l’autre de 1 cm. Les conductimètres mesurent la résistance opposée au passage du courant entre les deux électrodes de l’appareil qui sont plongées dans l’eau à analyser. La conductivité est liée à la présence d’ions en solution. Elle augmente avec la température et la concentration en sels dissous. Attention, la conductivité est augmentée par l’utilisation de tourbe (filtration).

La conductivité des eaux s’exprime en microsiemens par centimètre (µS/cm).

Les valeurs optimales pour les discus en ce qui concerne la conductivité et donc la concentration en sels minéraux sont :

A. 80 à 150µs (pour le reproduction),

B. 200 à 250µs (pour des discus adultes),

C. 350 à 400µs (pour des sub-adultes).}}

5 – Les Nitrites (NO2):

Les principales causes d’un taux élevé de Nitrite peuvent être une pollution importante (excès de nourriture, cadavre de poisson en décomposition..). Ou bien un traitement de l’aquarium avec un médicament ou un produit qui tue les bactéries dénitrifiantes, un manque de changement d’eau régulier, un arrêt du filtre qui provoque par manque d’oxygène la mort de ces bactéries dénitrifiantes. Lors de la mise en route d’un aquarium (nouvel aquarium récemment installé), il y a toujours un “pic” de nitrites et c’est un phénomène normal qui indique que les bactéries (notrosomonas, nitrobacter) ont commencées le processus de nitrification et produit du nitrite obtenu de l’ammoniaque. On ne placera aucun poisson pendant cette phase exponentielle (un mois environ après la mise en eau). De façon artificielle, on peut toutefois accélérer ce processus en ajoutant dans le filtre et l’eau des bactéries épuratrices ou bactéries vivantes.

Le taux de Nitrites doit toujours rester à 0 ou à un taux le plus bas possible. Une concentration de 0,3 ppm est dangereuse pour les poissons (eau douce ou eau de mer). En cas d’une montée de Nitrite (pic), il faut réagir très rapidement en faisant d’importants changements d’eau plusieurs jours consécutifs et en remettant des bactéries vivantes, oxygéner l’eau (bulleur), transférer les poissons dans un autre bac ou aquarium. On controlera également le filtre. En effet, si celui ci a retenu une quantité importante d’impuretées, il peut provoquer un manque d’oxygène qui conduit à son tour à des teneurs élevées en Nitrites.

Les symptômes visuels d’un “pic” de Nitrites sur les poissons sont un manque d’énergie, un stress, un affaiblissement qui rend les poissons plus sensibles aux infections. Un taux important de Nitrites (dés 0,3 ppm) entraîne généralement la mort des poissons de l’aquarium.

6 – Les Nitrates (NO3):

Le taux de nitrates doit rester inférieur à 20 mg/litre et maintenir le niveau le plus faible possible. Au delà de 20 mg, il devient dangereux pour les poissons.
Les principales causes d’une montée de nitrates sont les excès de nourriture, une surpopulation de poissons dans l’aquarium (mini. 70l/discus), un mauvais entretien du bac, des changements d’eau avec une eau déjà chargée en nitrates (recommandations: utilisation d’un osmoseur ou de résines).
Les plantes jouent un rôle dans la régulation du taux de nitrate, puisqu’elles en consomment une partie pour se développer.

“Moi, tous ces paramètres, ça me donne des mots de tête !!! Et puis l’eau, je la bois ! euh j’abois”
Les paramètres importants, mais facultatifs:}

7 – L’Ammonium (NH4):

L’ammonium est issu du processus de décomposition ou de minéralisation des substances organiques dans l’aquarium. Il s’agit notamment des excréments des poissons, des plantes ou feuilles en décomposition, des restes de nourriture qui ne sont pas siphonnés etc..).

Comme la mesure du taux de Nitrite, l’ammonium ne doit pas dépasser une concentration de 0.2 mg/l (p.p.m). L’ammonium est une substance nutritive importante pour les plantes et pour cette raison il est utile mais à un taux raisonnable. Au delà du taux indiqué ci dessus, il peut causer des dommages pour les poissons et être mortel, si le taux est important (à partir de 0.8 mg/l). Les jeunes poissons y sont les plus sensibles.

Lorsque la concentration d’ammonium est importante cela indique qu’il y a un dysfonctionnement biologique et bactériologique du processus de décomposition et de minéralisation des substances.

Ce sont les bactéries qui sont responsables de ce processus:

  • protéine–>ammonium –>nitrite–>nitrate.

D’où l’intérêt de mesurer les étapes intermédiaires pour évaluer fonctionnement correct ou non du système biologique de l’aquarium.

8 – Le Phosphate (PO4):

Dans un aquarium, le phosphate est produit par les déchets et la décomposition des restes de nourriture. A chaque fois que l’on nourrit des poissons on ajoute également une certaine quantité de phosphate dans l’eau. Le phosphate n’est pas nocif pour les poissons et il est même très utile aux plantes. Il stimule la croissance des plantes car il sert de fertilisant.

Cependant, les plantes aquatiques ne consomment pas la totalité du phosphate présent dans l’eau de l’aquarium. De plus, la densité des poissons est beaucoup plus importante dans un aquarium que dans la nature. Le phosphate va donc s’accumuler dans l’eau.

Cette accumulation de phosphate cause et favorise la formation d’algues. Ces algues (bleues, vertes..) vont rapidement se développer et y pousser très rapidement si l’on ne maintient pas la {{teneur de phosphate au niveau le plus bas possible soit environ 0.3 ppm}}.

Dans le cas ou le taux est très important il y aura formation d’algues et certains invertébrés donneront la sensation de ne pas se sentir bien dans une eau sur-fertilisée. Il faudra alors procéder à d’importants changements d’eau, réduire la densité des poissons dans le bac (forte probabilité de surpopulation), nourrir les discus avec modération et siphonner rapidement les restes, procéder à un nettoyage de l’aquarium (impuretés, taille des feuilles abîmées, aspiration des déchets au fond du bac..).

9 – Le Fer (Fe):

Le Fer et les oligoéléments sont des substances vitales pour les plantes aquatiques qui les consomme continuellement pour leur croissance. Les engrais que l’on ajoute dans l’eau de l’aquarium contiennent du Fer et des oligoséléments mais ceux ci ne se conservent qu’un temps limité dans l’eau du bac même lorsqu’on utilise un engrais “chélaté”.

Pour obtenir une bonne croissance des plantes, un taux de Fer de 0,1-0,2 mg/l (p.p.m) est suffisant. Un taux de Fer trop important favorise la croissance des algues c’est pourquoi il faut contrôler ce taux de temps à autre mais plus régulièrement si on a un problème non maitrisé d’algues.

Si la teneur est trop faible, on ajoute de l’engrais aux doses et à la fréquence recommandée par le fabricant. Si la teneur en fer est trop importante, on procède à des changements d’eau pour revenir à une valeur correcte.

10 – L’oxygène (O2):

Dans les aquariums plantés, la teneur en oxygène doit être au moins équivalente à la fin de la période d’éclairage, à la valeur d’équilibre, en fonction de la température de l’eau (29-30°C pour les discus), grâce à la seule activité des plantes et un brassage modéré de l’eau (rejet filtre), et et sans utilisation d’un bulleur ou aérateur.

Plus la température est froide, plus les valeurs d’oxygène sont élevées. Plus l’eau est chaude et plus la valeur d’oxygène est basse. C’est pour cette raison que l’on oxygène l’eau des bacs en cas de traitement thermique.

Ainsi on relève une valeur d’environ 8mg/l pour une température de l’eau de 25°C. Pour les discus, c’est donc 7,64mg/l à 29°C. A 30°C, le taux d’oxygène passe 7,53mg/l. Avec une eau chaufée à 32°c ce taux passe à 7,32°C etc..

Les poissons et les bactéries nitrifiantes ont besoin d’oxygène. Les premiers pour respirer et les seconds pour dégrader les substances nocives. Les algues et les plantes aquatiques ont également besoin d’oxygène.

La production d’oxygène par les plantes est nettement supérieure pendant la journée, à la consommation des plantes et poissons pendant la nuit. La teneur d’oxygène diminuera très lentement pendant la nuit et le taux sera sans danger pour les poissons. Il faut toutefois surveiller la teneur minimale en O2 acceptable pour les poissons durant la nuit. Cette valeur est de 4mg/l.

En cas de teneur en O2 trop faible, il faudra ajouter des plantes et placer un aérateur ou des bulleurs surtout pendant la nuit (lorsque l’éclairage du bac est éteint). Le mieux est de placer un bulleur en permanence dans les bacs à discus compte tenu de la température de l’eau et du nombre minimal de sujets recommandé dans un bac (poisson grégaires).

11 – Le Gaz Carbonique (CO2):

Le CO2 est un élément essentiel pour la croissance des plantes (on peut même ajouter un système de fumure au CO2 pour avoir des plantes luxuriantes). Toutefois, il faut savoir qu’une exposition prolongée à des valeurs de CO2 supérieures à 20mg/l présentera un danger pour les poissons car un taux trop élevé de CO2 est toxique.

Il faut donc s’assurer qu’une quantité suffisante de gaz carbonique est disponible dans l’eau pour favoriser le bon développement des plantes, sans qu’il y en ait trop du fait de la toxicité pour les poissons dés 20mg/l.

Les valeurs optimales recommandées pour le bien être des poissons et à la fois celui des plantes, est une concentration de CO2 comprise entre 5 et 15 mg/l.

Une concentration inférieure à ces valeurs n’est pas adapté à une croissance saine et au développement rapide des plantes, un taux supérieur à 20 mg/l est toxique voir mortel pour les poissons.

Il faut également savoir qu’une forte aération à l’aide d’un bulleur ou d’un diffuseur fournit l’oxygène vital mais que cela élimine dans le même temps le CO2 présent dans l’eau.

En cas de résultat trop faible en teneur de CO2, on ajoutera un dispositif d’enrichissement en CO2 automatisé. Dans le cas contraire, il faudra aérer l’aquarium le plus vivement possible et de façon continu. Procéder à des contrôles réguliers du taux O2 et CO2 lorsqu’on utilise les systèmes de fumure au CO2 dans un aquarium.

12 – Le Chlore, la chloramine (Cl2):

Pour que l’eau de distribution soit potable, les services des eaux ajoutent des produits pour éviter le développement des bactéries et pour éviter l’obstruction des tuyaux des circuits de distribution. Un de ses produits est le chlore (la chloramine est parfois utilisée) qui garantit une stérilisation parfaite.

Pour nos poissons, le chlore et la chloramine sont extrêmement dangereux. Ces deux produits peuvent également causer des dégats importants au niveau des bactéries nitrifiantes, du filtre, et des plantes.

L’eau employée pour nos aquariums doit donc être sans chlore ou chloramine. Il faudra donc utiliser soit de l’eau osmosée puis déminéralisée, soit il faudra aérer intensément l’eau de conduite dans un bidon et laisser reposer cette eau 48 heures avant utilisation dans un aquarium. Dans ce dernier cas, il peut être particulièrement intéressant de prendre les mesures de l’eau pour connaitre la teneur en chlore dans l’eau.

Note: l’utilisation d’adoucisseurs d’eau ou de produits chimiques de reconditionnement de l’eau n’est pas recommandée pour l’élevage des discus.

L’eau d’un aquarium doit avoir une teneur en chlore égale  ou proche de 0 (zéro). Une teneur de plus de 0,05 ppm est dangereuse pour les poissons, les plantes et la filtration.

Rating: 5.0. From 9 votes.
Please wait...

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Le sujet vous fait réagir ? Donnez votre avis.

wpDiscuz